ALPAL RANDO

24 juin 2022

COLOMBIERES-SUR-ORB

L’eau est omniprésente à Colombières- Sur- Orb

Aujourd’hui, malgré la pluie de la nuit, les ruisseaux ne seront pas gonflés.

Le ruisseau D’Arles

Nous allons le suivre, pendant un moment, ce ruisseau a creusé la roche pour donner les fameuses gorges de Colombières.

Du parking randonneurs, nous partons par un chemin qui démarre par une série de marches, pour nous monter dans un sentier bien caillouteux et part moment un peu glissant. Nous sommes en montée, donc pas de danger. Nous apercevons le rocher pointu, c’est là que nous allons bifurquer. Pas question de faire les gorges à la demi-journée.

1

2

3

4

5

 6

7

8

 Le chemin caillouteux au début, se transforme en bonne sente au milieu des châtaigniers. Un terre- plein équipé de chaises, nous permet d’admirer le paysage.

9

10

11

12

 Une piste en balcon nous redescend sur le hameau "Le Theron" (qui veut dire lavoir) avec ses belles maisons en pierres. Nous le traversons.

13

16

17

18

 Heureusement que Marithé et Gilbert ont attiré notre attention devant cette boite aux lettres. On sait bien lire, mais on était loin de penser au fameux Jean Claude Carrière. Jean Claude Carrière natif de Colombières- sur- Orb et enterré dans le cimetière communal. Dans son film « le retour de Martin Guerre » on peut retrouver des noms de lieux et de personnages de la région. La maison est fermée, nous continuons en direction du château de Colombières.

14

15

 C’est, contre ses murs que nous allons prendre le sentier nous conduisant à la Tour Carrée.

19

 Le ruisseau d’Albine et la tour Carrée

Petite randonnée sous forme d'un aller-retour pour découvrir un site magnifique " La Tour carrée" du Caroux.
Un petit sentier secret se glisse sous le château . Nous partons dans une châtaigneraie, par un sentier bordé de murets en pierres sèches tout en lacet. Nous franchissons le ruisseau d’Albine par une passerelle et continuons à monter et, tout d’un coup, la tour apparait. C’est tout ce qui reste du château de Carouz : son donjon, aujourd’hui restauré. Traditionnellement appelé « le château du diable », sa construction semble remonter au 14e siècle.

20

21

22

23

24

 C’est sur sa petite plateforme que nous ferons la pause. Il semblerait que nous sommes attendus! La vue sur la vallée est magnifique, malgré le temps nuageux. Le plateau du Caroux au-dessus de nous est bien embrumé, par moment.

25

 

Le château vu d'en haut

26

27

28 bis

28

 Derrière ce donjon se cache « Le voile de la marié ». L’Albine se jette dans le vide à cet endroit, les effluves de sa cascade (80m de haut) et sa forme imitent le voile de la mariée. Mais l’Albine (qui prend sa source dans la tourbière sur le plateau du Caroux) manque un peu d’eau, et le spectacle n’est pas à la hauteur de nos espoirs !

29

 Retour par le même chemin.

30

31

32

 Les bords de l’Orb

Nous traversons la route et nous allons successivement emprunter, des passages sur la voie verte puis de petits chemins bordant des parcelles autrefois cultivées.

33

34

35

37

 Au fur et à mesure que nous avançons nous pouvons apprécier, tout le travail de l’homme pour capter et dompter cette eau si nécessaire à leurs cultures. Tantôt nous longeons des béals, tantôt de petits canaux creusés dans le sol et pour les parcelles plus en hauteur des pompes à roue et même un système de répartition d’eau avec des vannes.

36

38

39

 L’eau nous accompagnera jusqu’au retour du village, avec en point d’orgue la cascade du ruisseau d’Arles.

Gilbert, Alain et Nicole se mettent en tête de traverser son lit. La traversée était possible compte tenu du faible débit, mais de l’autre côté ils se sont heurtés aux murs infranchissables de l’école. Donc demi-tour et ils traversent comme le restant du groupe en empruntant le pont.

40

41

 parcours

 Je crois que tout le groupe a bien apprécié cette rando de 7,5 km et 280m de dénivelé. Comme quoi, on peut se faire plaisir au Caroux, sans se faire mal !

Posté par palacio35 à 15:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 juin 2022

BABEAU MASCARO

Après Saint Chinian au niveau du village de Bouldoux, nous prenons un petit chemin goudronné indiquant Pylone N° (c’est nouveau et cela aurai dû me mettre la puce à l’oreille), nous garons les voitures en bordure de ce chemin.

Attention à enfiler les chaussures sans prendre des herbes, ni une ni deux chacun a sa technique.

1

 Une bonne piste nous conduit au point de jonction de la boucle initialement prévue. Nous quittons l’itinéraire balisé et c’est à partir de là que ça se complique.

2

3

4

5

 Le sentier autrefois emprunté a bien changé et a été remplacé par une piste tracée à coup de bull pour l’installation d’une ligne électrique toute neuve, au vu des poteaux. Au sommet un beau pylône, la piste continue, mais au bout de quelques mètres, Gilbert s’aperçoit qu’elle ne nous mènera pas où nous avions l’intention d’aller. Gilbert pousse un peu sur la piste, pendant que je redescends pour vérifier que nous n’avons pas louper le départ du petit sentier. Vérifications faîtes : il faut se résigner : « nous ne ferons pas ce qu’il était prévu ! ». Demi-tour, nous allons faire l’autre partie de la boucle, quitte à faire un aller-retour.

6

 parcours

 En rouge ce qui était prévu

En bleu ce qu l'on a fait : 6 km et 280 m

 A proximité du hameau de Sorteilho, nous faisons la pause. Pendant que l’on se restaure, Gilbert élabore un plan B. Banco ! nous allons le suivre.

Descente par un petit sentier en direction du ruisseau de Combencante, afin de rejoindre la petite route menant à Sorteiho, nous provoquons l’émeute dans un enclos abritant des chiens de chasse. Ils ont peut-être cru que nous allions les sortir pour partir à la chasse. Le petit bout de route nous permet de franchir la combe, et nous reprenons des chemins quelque fois un peu envahis, nous hissant en haut de Mascaro. La piste est là, pour nous ramener aux voitures.

7

8

9

10

11

12

13

14

Bilan de la matinée :

Toujours reconnaître les chemins empruntés il y a longtemps !

Quelques jolis points de vue sur Babeau- Bouldoux, Saint Chinian et ND de Nazareth.

Seul avantage de ce circuit : je laisse la conclusion à Catherine « le seul avantage, nous faire sortir de chez-nous, en bonne compagnie ».

Et bien sûr à l’arrivée il faudra encore nettoyer les chaussures de tous les brins d’herbes accumulés. Pour certain à la pince à épiler, mais Gilbert en homme ressource, nous indique qu’avec le petit suceur de l’aspirateur ça marche super bien.  

16

 

Posté par palacio35 à 12:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 juin 2022

REPAS DE FIN DE SAISON

La Côte bleue

Après tous les aléas du départ, nous voilà rendu. Nous nous installons sur la terrasse au pied de l’étang de Thau. L’histoire du restaurant est intimément liée à celle de la culture de l’huître et de la moule. Nous pourrons y goûter dès l’apéro.

A l’ombre des pins et des parasols, les tables s’organisent, les mets sont de choix et les convives aussi.

1

2

3

4

5

 6

7

 Balade à bord du Bleu Marin

Après le repas quelques mètres à faire jusqu’à l’embarcadère.

Quelque courageux ont fait le choix d’y aller à pied. La marche le long de la jetée est pénible à cause de la chaleur. Nous envions ceux qui plongent dans l’étang.

Lorsque nous atteignons l’embarcadère, le bateau arrive et nous pouvons embarquer. Vite que le bateau démarre, pour profiter de la brise marine !

8

 Après avoir quitté le port de Bouzigues, le cap est mis vers le Gouffre de la Vise au large de Balaruc les Bains. La Vise est une source d’eau douce qui se mélange à l’eau salée de l’étang, ce qui donne toute sa particularité aux moules et aux huîtres de Bouzigues. Vue sur les nouveaux thermes de Balaruc.

La promenade continue au fil de l'eau, en passant devant le Phare de Roquérols, au large de Sète.

9

10

 

image

11

12

 Le capitaine et son second nous emmène jusqu'à la zone conchylicole :

le bateau s'accoste à un parc spécialement aménagé.

Les fils d'huîtres et de moules immergés sont sortis de l'eau mécaniquement et s'exposent à la vue de tous. Le Capitaine, ostréiculteur de profession, explique son métier.
Nous découvrons les différentes cordes présentant les nombreuses étapes de l'évolution du coquillage :
Du naissain (petite huître) à l'huître commercialisable, ou de la graine (petite moule) à la moule à pleine maturité.

13

14

 Le retour nous permettra d'apprécier l'une des plus belles vues du village de Bouzigues.

Après cette visite l’ostréiculture et la mytiliculture n’a plus de secret pour nous !

Interrogation écrite : qu’est- ce que la conchyliculture ?

Belle et chaude journée !

Posté par palacio35 à 16:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 juin 2022

LAMALOU

Je n’ai pas encore de titre pour cette rando. Peut-être St Pierre de Rhèdes, puis que c’est de là que nous partirons.

Du parking de l’église, nous montons par un petit chemin, pour déboucher dans la pinède autour de St Pierre de Rhèdes. Une route en lacé, nous fait traverser un petit lotissement, de la rue du Caroux à la rue de L’Espinouse.

1

Nous laissons le goudron pour nous enfoncer dans une belle pinède.

2

3

4

5

6

 7

8

 Après le château d’eau la piste se transforme en sentier caillouteux, vu les traces au sol, c’est une ancienne voie romaine. Rien d’étonnant puisque les romains ont créé les premiers thermes de Lamalou.

9

10

11

 Au sommet de cette voie et avant de quitter le GR7, nous faisons la « pause ». Alain trouve de quoi s’asseoir sur le rebord de la cuve DFCI, les autres se posent au sol.

12

13

14

15

 Nous trouvons le départ du sentier prévu sur le parcours, c’est un peu la jungle ! Gilbert en homme galant ouvre la voie. Par moment on se voit à peine et Michèle sort le sifflet que lui a confié Carmen, lorsqu’elle a perdu de vue, le reste du groupe.

16

17

18

19

 Ce sera ainsi jusqu’à la rencontre du parcours sportif, qui pour nous sera presque une autoroute. Le chemin est tout aussi agréable, mais la chaleur vient gâcher notre plaisir, bien que ce soit ombragé.

20

21

22

 Arrivé à l'église, tout le groupe n’a qu’une hâte rejoindre les voitures et profiter de la climatisation. Je serai la seule à m’attarder à l’église.

L'Eglise Saint Pierre de Rhèdes

Cette église de style roman, repose sur les fondations d’un antique sanctuaire, installé sur le site gallo-romain de Rhèdes. Elle est citée en 990 dans le testament de Guillaume vicomte de Béziers.

Sa particularité : édifiée avec les matériaux trouvés sur place, murs en grès rose, décoration en basalte noir et lauzes pour le toit. Des éléments plus anciens ont étés réutilisés (colonnes de marbre ornant un des portails d’entrée). 3 entrées dans cette église, ouest, sud et nord.

23

 Portail nord dit "la porte des morts"

24

 Portail Ouest

25

 25 bis

 Portail sud

26

 28

27

 La visite s’arrête là. Trop chaud, trop tard, ils sont déjà aux voitures !

29

parcours

   

 

   

Posté par palacio35 à 18:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juin 2022

HOMPS

Lac de Jouarres

Certes il a fait chaud mais un peu de vent, nous a accompagné tout au long.

5km420...

Lucie, Martine Vernettes et Faure, et Marthe..bien décidées à faire le tour du lac. A ne pas faire après la pluie, mais j’y retournerai bien en automne. Nous avons vu de très beaux oliviers et nous avons été accompagnés par énormément de cigales !

1

2

3

4

5

 

 Oh! que ça fait du bien...

Boissons fraîches et ombre.

6

7

 

Sympathique après- midi. Nous ne nous sommes pas baignées, mais pas de regret : papoter ça fait du bien aussi !

 

Posté par palacio35 à 15:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


CAMPLONG

Le vallon de l’Espaze

Nous le ferons sur le retour. Nous choisissons de faire aujourd’hui le parcours à l’envers, et avaler tout le dénivelé, le matin pour profiter de la fraicheur.

1

2

3

4

5

 6

 Nous quittons le vallon, pour attaquer la montée. La montée est soutenue, mais ombragée, quelques petits arrêts nous permettent de souffler et se désaltérer.

7

8

9

10

 11

12

 Un sentier en balcon nous permet de franchir plusieurs combes, le tout dans une belle futaie de châtaigniers, puis de pins Laricio avec un fût très droit, de beaux points de vue sur le versant opposé des Monts D’orb.

13

14

 22

 15

16

17

 18

19

 Un sentier tout en lacés, nous redescend doucement dans le vallon de l’Espaze.

21

23

24

 Nous ferons halte près d’une ancienne bâtisse, pour la pause repas.

25

26

27

L’endroit est agréable : une table, des bancs, de l’ombre, et l’Espaze, qui va permettre à certaines de prendre un bain de pieds. Les petits têtards, ont bien appréciés les pieds de Marie Christine, peut être à cause du vernis orange de ses ongles. La pause s’éternise un peu, Gilbert en profite pour se reposer sur le banc, pendant qu’Alain, Marie Thé et Marie Christine partent à la pique aux noix. Le compte est bon pour préparer le vin de noix ! Il est temps de repartir.

28

 

31

32

29

30

 Nous allons longer le ruisseau, pendant un bon moment. On ne se prive pas de se rafraichir à chacune des traversées.

33

 40

41

Les troncs de châtaigniers, nous offrent leur spectacle !

34

35

36

37

38

39

Un petit aller retour, s’impose à L’aqueduc de Bousquétou.

Denis Bousquet, maçon tailleur de pierres autodidacte. Surnommé « Bousquetou » à cause de sa petite taille. Il l’a réalisé en 1890 pour l'irrigation des jardins et des prés lui appartenant et situés sur le ruisseau de la Roumégouze, qui, aujourd’hui n’avait pas beaucoup plus d’eau que l’Espaze. Cet aqueduc comporte trois arches, le tout réalisé sans plan. Les clefs de voute des arches sont décorées de petites gravures et sculpture. En bordure du ruisseau un dispositif de puisage d’eau à balancier, a été reconstitué.

42

43

44

 

P7010081

45

46

 47

 Retour, par le même chemin que ce matin.

Nous quittons les petits sentiers ombragés pour 500m bien ensoleillé, (c’est le seul moment où nous avons vraiment chaud), nous ramenant aux voitures. 

48

parcours

   

Posté par palacio35 à 11:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juin 2022

ANDABRE

Les élections législatives, la chaleur, la fin de saison, le dénivelé annoncé sont sans doute les facteurs qui ont réduit les effectifs de cette rando du dimanche 12 juin.

Nous nous trouvons  à six personnes dans le hameau d'Andabre qui fait partie de la commune de Rosis et dont il abrite la mairie.

         Après avoir franchi la Mare le parcours commence par un chemin goudronné  puis bétonné dont la déclivité nous donne un avant-goût du GRP du tour de la montagne du Haut Languedoc qui va nous conduire jusqu'au portail de Roquandouire. A travers les châtaigniers nous grimpons vaillamment puis l'ombre disparaît et nous finissons cette première ascension parmi les genêts et les petites bruyères mauves.

Photo de Gilbert(1)

Photo de Gilbert(2)

Photo de Gilbert(3)

 

Toujours majestueux, le portail, cette énorme lame de pierre que l'érosion a épargnée, nous offre son ombre pour une halte bien méritée après ces 400 mètres positifs avalés depuis le départ. Lucie a même trouvé un petit banc fait d'une planche logée dans une anfractuosité du rocher. Didier est désigné volontaire pour faire quelques photos.

Photo de Gilbert(4)

Photo de Gilbert(5)

Photo de Gilbert(6)

 

Photo de Gilbert(9)

Photo de Gilbert(10)

Photo de Gilbert(11)

 Mais il faut continuer l'ascension : nous suivons la crête caillouteuse de la Serre de Majous jusqu'à la côte 808. Puis il faut descendre vers les châtaigneraies cernées de murs en pierres sèches et le hameau de Compeyre par la Serre de More.

Photo de Gilbert(7)

 Photo de Gilbert(8)

 Photo de Gilbert

 Arrivés à Saint-Gervais-sur-Mare, nous ne trouvons pas de lieu adapté au pique-nique au bord du ruisseau de Casselouvre. Nous profitons de la terrasse, chaises et tables, d'une pizzeria fermée le dimanche, à l'ombre des platanes près d'un point d'eau.

andabre1

andabre2

andabre

         Puis nous reprenons notre route en suivant cette fois le GR 653 qu'empruntent les pèlerins de Compostelle. On quitte le village entre de hauts murs ; il reste encore un peu de montée à faire et pas toujours à l'ombre, heureusement nous avons pu refaire le plein d'eau fraîche. Les derniers kilomètres se font en descente à l'ombre des châtaigniers et nous retrouvons nos véhicules après avoir longé les potagers bleus de sulfate au bord de la Mare.

parcours

 

A bientôt pour d'autres aventures. Gilbert

Posté par palacio35 à 14:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juin 2022

CABRIERES

Sentier médiéval

Départ habituel du parking de la cave de L’Estabel pour faire le sentier médiéval. Lorsque nous descendons des voitures le vent souffle fort et certain se trouve dépourvu de veste pour l’affronter.

Voilà pourquoi vous pouvez apercevoir Gilles avec un espèce de sac poubelle sur le dos.

Nous allons faire le circuit à l’envers. Car pour Enzo il vaut mieux monter un passage délicat que le descendre. Ce choix s’avèrera judicieux, car en plus , nous seront abrité du vent, tout le long du parcours (sauf au sommet de la plateforme).

1

parcours

  • Le château de Cabrières

Edifié sur un éperon rocheux, il entrera dans l’histoire, lors de la campagne du roi wisigoth Théodebert, il fut mainte fois détruit, et définitivement rasé par le duc de Montmorency en 1585. C’est à partir de là que les habitants du village au pied du château, quittent Le site de la Cisterne, pour s’installer à l’emplacement du village actuel.

  • Le fabuleux destin de Deutérie.

En l’an 533, lorsque Théodebert, petit-fils de Clovis, décida de conquérir la Septimanie, Deutérie était la châtelaine de Cabrières. Après avoir conquis le Lodévois, pris le château de Dio et soumis Béziers, il se retourna vers la forteresse de Cabrières. Il envoya un ultimatum à Deutérie qui répondit par un message de paix et de soumission. C’est en prenant Cabrières qu’il rencontra Deutérie. Il s’éprit d’elle et en fit sa concubine. Ils eurent une fille, puis l’épousa.

Nous quittons, rapidement les vignes, le goudron, pour entamer la montée vers le château ou plutôt ce qu’il en reste ! Quelques pans de murs d’anciennes habitations et de la chapelle St Rome. 

 

3

4

5

6

7

 8

9

10

11

13

 Aujourd'hui Enzo choisit Marc 

14

22

 

15

16

17

18

19

 20

21

 Seul reste bien visible: la citerne, près de laquelle nous ferons la pause.

23

pause1

pause

 Pendant la pause, Bernard donne lecture, d’un poème de Michèle à l’attention de Enzo ! texte relatant son ressenti lors de la précédente sortie. Je vous le livre.

 Tu vois Enzo 

Nous allons monter là-haut

Alors, … attention 

Pas de protestation 

Et Enzo avance prudemment 

Se tenant à mon sac…en discutant

« Ici il y a des cailloux

Attention à mes genoux

Ah ..là ça descend vite

Gare à mes chevilles…

Michèle je dois tester 

Avec mes pieds 

Mais tu vas trop vite

Je perds le relief du sentier

Tiens, on n’entend plus Alain

Il a dû se perdre en chemin …

« Chut Enzo ; 

Je veux écouter les oiseaux »

Et Gilbert veille, 

Bernard conseille

Alain rassure.

Et Enzo reprend 

« On est encore loin…

Ou là là …c’est encore pentu

Tiens ce chemin est tordu

Mais c’est un raccourci 

La piste est par ici »

Les oiseaux je ne les ai pas entendus

Je marchais vite sur les chemins pentus 

Et Enzo m’a congédiée

Préférant Bernard qui a su le rassurer

Je n’aurai pas encore ce diplôme convoité 

De guide pour malvoyant qu’il faut accompagner.

Après cet intermède, une partie du groupe, fait l’ascension jusqu’à la plateforme, sur laquelle était construit le château. Ça valait le coup, la vue est belle et bien dégagée.

24

25

26

27

28

 Nous redescendons par un chemin boisé, sorte de draille.

30

 En arrivant au village, Marie Claude attire notre attention, sur ce, que l’on aurait pris pour une plante bien fleurie, c’est un câprier.  

31

32

33

 Après l’abri de bus joliment décoré, nous retrouvons nos voitures.

34

35

Posté par palacio35 à 13:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 juin 2022

MAS ROUCH

Initialement baptisée « Mas Rouch »

Nous partirons bien, à proximité de Mas Rouch, mais nous n’y passerons pas.

Nous allons la rebaptiser : « les 2 ravins » ravin de La combe en Blanc et de La Pansiérasse

Départ à l’envers du circuit que nous avons l’habitude de faire, afin de profiter au maximum de la fraicheur.

Nous avions avancé le départ à 8heures, et lorsque nous empruntons le petit sentier (bien que balisé à cet endroit), il est un peu envahi, et l’herbe toute mouillée.

Une bonne piste longeant le ruisseau de Peyre Negadouire nous mène à l’étrange ferme enfouie dans une épaisse végétation. C’est une ferme fortifiée, en atteste la présence d’une bretèche (Logette en saillie sur une façade, utilisée autrefois comme ouvrage de défense).

1

2

3

4

5

 

6

7

8

 Puis nous entrons dans le ravin de La Combe En Blanc.

Le bois est toujours aussi touffu, le sentier de chasseur bien marqué tout de même avec toujours son tableau accroché à un arbre.

9

10

 Le reste du groupe s’avance quelque peu, au passage un crapaud prend peur et essaie de se cacher.

Près d’un arbre marqué d’un ruban rouge nous attendons, les bûcherons. A leur arrivée nous poursuivons sur le sentier, qui un peu plus loin se perd. Donc demi-tour, il fallait tourner à l’arbre près duquel nous attendions.

11

12

 Maintenant, le sol change de couleur, nous sommes très nettement dans un lieu autrefois occupé par les charbonniers. Une de leur petite clairière nous offre l’hospitalité, pour la Pause.

13

14

15

16

En haut, dans le bois de Pouzes, quelques trouées dans la végétation nous offrent de rares points de vue.

17

18

19

Mon GPS s’arrête inopinément, mais qu’importe le groupe s’engage dans un sentier que nous reconnaissons.

Le GPS ayant redémarré je m’aperçois que nous sommes dans le ravin de La Pansiérasse. La température est montée, donc pas question de remonter ce que nous avons descendu, nous continuons sachant que nous ne passerons pas à Mas Rouch et que nous allons reprendre en partie, ce que nous avons fait le matin.  

20

21

22

23

parcours du 7 juin

 L 'erreur d'aiguillage, n'a toute fois pas rallongé notre parcours. La boucle incomplète faisant tout de même 10 km.

 

Posté par palacio35 à 15:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 juin 2022

FONTES

A la rencontre des volcans Le Ceressou et le volcan des Beaumes

Afin de pouvoir faire les deux, la rando a été organisée, non sans mal ! autrement que d’habitude.

Nous ne ferons pas une boucle ! nous laissons une voiture avant l’arrivée à Fontes, qui permettra aux chauffeurs des autre véhicules de les récupérer.

Départ de la rando au pied du Céressou.

Montée par un petit sentier, le long du volcan, pour atteindre le Plan de Ceressou.

1

2

3

4

5

 

Après l’effort la récompense est là ! A partir du chêne des baliseurs, point de vue sur le village, ses vignobles, d’en haut on peut apercevoir la colline de Péret et son lac de lave fossile. C’est un site remarquable car il n’en existe que 5 dans le monde. Un projet de réouverture de cette exploitation de basalte a été un moment envisagé. Ce serait un véritable gâchis, pour le patrimoine vulcanologique de la région.

6

7

8

 

parcours fontes

9

10

 

Maintenant il faut redescendre, et celle-ci n’est pas simple pour Enzo, qui s’en sort avec l’aide de Bernard. En effet Enzo décide de renier Michèle et vote pour Bernard !

11

12

13

14

Pose au bas de la descente. On traverse la route pour reprendre un petit sentier près du domaine de La Chapelette.

Nous atteignons le Pioch Molinié avec ses larges pistes, sous la ligne à haute tension. Gilbert se fait adopter par une cigale ! c’est une des premières de la saison !

15

16

17

18

19

 

Enfin nous rejoignons un petit sentier en sous-bois, bordé de muret de pierres et jonchés de pierres volcaniques. Nous marchons sur le volcan des Beaumes. Ce sentier nous l’avions déjà parcouru en venant de Neffies. Nous arrivons au niveau d’un ancien château d’eau. L’érosion a épargné les rebords externes oxydés du cône du volcan des Beaumes.

20

21

22

23

24

 

25

26

27

29

30

 

Nous débouchons sur la route qui va nous mener au point d’arrivée.

Dans un coin ombragé, nous attendons les voitures que les chauffeurs sont allés récupérer, au point de départ de la rando.   

Posté par palacio35 à 14:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]